Toute ma vie, j’ai entendu parler de Jésus. Au fond de mon cœur, j’ai toujours su que ce que disait la Bible était vrai. Mais voilà, tout jeune j’ai dû faire un choix : écouter la voix de mon père qui me disait que sans Jésus il était impossible d’être heureux et qu’il fallait chercher à Le connaître, ou suivre le penchant de mon cœur. Mes yeux se sont portés sur le monde et tout ce qu’il renferme. J’avais beaucoup de liens qui ne me paraissaient rien pendant l’adolescence, mais qui étaient bien lourds au bout des années.

J’ai frôlé la mort à l’âge de 20 ans à cause des excès de l’alcool, du tabac et de bien d’autres choses encore. Un professeur de médecine m’a dit un jour que je mourrais très jeune si je n’arrêtais pas ma façon de vivre. J’ai donc essayé de me calmer, et c’est là que je me suis senti prisonnier de ce qui faisait ma joie auparavant. J’ai continué la même vie encore pendant trois ans, jusqu’au jour où j’ai vu mon père pleurer à cause de mon attitude, et donc pour lui faire plaisir, j’ai accepté d’aller dans une réunion de jeunesse. Le soir même, j’écoutais parler de Jésus pour la première fois : j’ai voulu parler à Dieu sincèrement, je me suis confié à lui et je lui ai demandé de me délivrer de l’emprise de l’alcool, du tabac et de toutes choses qui m’empêcheraient d’avancer avec Lui. Je Lui ai aussi demandé de me pardonner pour tous mes mauvais choix et, depuis ce jour, je n’ai plus jamais eu envie de fumer. Pour ce qui est de l’alcool, Dieu m’en a dégoûté. Il m’a permis dans son amour de pouvoir reprendre ma vie à zéro et aujourd’hui j’ai un but, une espérance. Trois mois plus tard, je me suis fait baptiser pour obéir à Celui qui m’a tant aimé. Le Seigneur m’a ensuite appelé à Le servir dans le ministère. Et maintenant, je vis chaque jour avec le meilleur Ami qu’on puisse avoir dans une vie, c’est-à-dire Jésus.

Laffont Théophile (Jephté)

 

Article tiré du N*243 1er  trimestre 2019 de Vie et Lumière le magazine évangélique tzigane.